Chères lectrices, chers lecteurs du regretté Cotmec-info, nous publions, ci-après, un florilège des réactions reçues suite à la disparition de votre feuille jaune. Merci de tout cœur et de tous cœurs pour votre soutien.
Bonjour les amis !

MERCI DE TOUT CE QUE VOUS AVEZ FAIT, depuis bien longtemps… !

Ce qui continue de nous décevoir (le mot est gentil…) c’est le flop total de la médiation et certains mots utilisés par Mgr Morerod.
Une médiation, par définition, ne se passe pas en mettant les deux parties ensemble tout de suite dans l’arène. Le pauvre prêtre de piquet pour faire ce job n’avait aucune chance d’arriver à quelque chose, dans ces conditions-là. De plus, il aurait fallu engager des médiateurs formés à cela et habituellement mandatés par l’Eglise pour ce type d’intervention. Nous en connaissons au moins deux en Romandie. Pourquoi ne pas leur avoir demandé cela ? En fait, avant d’engager une médiation, il aurait peut-être fallu d’abord une thérapie de groupe, pensons-nous.
Par ailleurs, les réponses de Mgr Morerod, dans le Courrier, il y a quelques temps, montrent plusieurs choses : on sent chez lui un désir de pacifier et de faire en sorte que le type de mandat que la Cotmec avait prenne de l’ampleur. Il semble que notre évêque a lu attentivement les nombreuses paroles de son collègue évêque à Rome, plus communément appelé « pape » ! Nous en sommes forts heureux. Mais… certains mots utilisés par notre évêque nous ont semblé curieux, voire malheureux. Quand il évoque les préoccupations que cela suscite, il parle de « questions sociales » ; cela fleure bon le temps des encycliques sociales du XIX siècle (Rerum novarum, notamment). Mais il reste trop prudent, selon nous. Osons dire que la Cotmec nous invite aussi à une réflexion ET évangélique ET politique. Ce dernier vocable, en général, faisant atrocement peur aux gentils chrétiens que nous sommes, il valait mieux l’éviter, aux yeux de Mgr Morerod.
Toujours à propos de cet entrevue (interview, en franglais !), Mgr se serait-il trahi ou joue-t-il le jeu de son auxiliaire à Genève ? A moins qu’il ne puisse pas le désavouer officiellement ? Quand il dit qu’ »il s’agit seulement d’une restructuration », nous sursautons. C’est typiquement un langage de chefs-z-et-patrons qui, eux, gardent leur travail et ignorent littéralement l’existence d’êtres humains à l’autre bout de la chaîne. « Seulement » fait mal, dans ces cas-là. Et l’on réduit les humains qui y travaillent au rang de structures, de poutrelles métalliques ou d’étais. Merci ! Il y a « seulement » deux personnes qui ont perdu leur travail et vingt-cinq bénévoles au moins qui n’ont pas reçu le moindre mot de gratitude. Rien, nada, nichts, nothing ! Et sans sourciller, et sans vergogne, les patrons du crû célébreront l’eucharistie ! Rappel : ce mot signifie grosso modo « action de grâce », donc « merci » !
Mais bon, il ne nous reste qu’à souhaiter que notre diocèse, voire l’ensemble de la Romandie se mette au diapason romain et donc mette une totale priorité à la lutte contre les causes de la pauvreté, pour le respect de la création qui nous est confiée et pour la justice. Cela nous paraît aussi urgent que nos alcôves, sinon plus.

Avec toutes nos amitiés.
Aline et Jean-Daniel ROBERT-PELLET

Je viens de terminer la lecture de votre dernière feuille jaune qui tombe. J’y trouve beaucoup de lamentations et un article savoureux qui fait une rétrospective due, sans doute à la plume magique de Michel Bavarel et aux pensées de Dominique Froidevaux.
Pour une suite, il est fait allusion à une commission de la part de Claude Fol et d’Hélène Bourban, mais elle reste bien floue. Est-elle diocésaine, liée à la plateforme de réflexion proposée par Mgr Morerod ou s’agit-il d’un projet cantonal avec des membres de l’EPG? Ce n’est pas clair pour moi.
J’appuie bien entendu l’intention de repartir sous une autre forme. Je suis prêt à m’investir si cela peut se faire par des rencontres en journée et pas le soir.
Avec mes salutations cordiales.
Pierre Palli

Chers amis,
Cotmec Info était le seul bulletin d’information des œuvres d’entr’aide que je lisais parce qu’il incluait des nouvelles concernant la lutte contre les changements climatiques.
L’arrêt de sa publication est un signe de plus du refus de notre société et de nos Eglises de tenir compte du facteur CO2 dans la vie quotidienne. Un signe de plus de la schizophrénie des combattants « pour les droits de l’homme » qui ferment les yeux devant la Destruction massive que nos comportements infligent aux populations vulnérables, sans parler du consommateur moyen sans référence de solidarité.
Désespérée avec vous, devant la face de Dieu Père, Fils et Sant-Esprit,
Barbara Vischer

Chers amies, Chers amis

Sans vous connaître personnellement, je vous lis depuis de nombreuses années. Et c’est comme si je faisais partie d’une équipe d’amis avec lesquels je pourrais partager joies et peines. A la lecture du dernier « Cotmec info », plus que de peine, c’est plutôt de révolte qu’il s’agit. Comment les responsables de l’institution dont vous dépendez peuvent-ils se permettre de vous traiter de la sorte ? Qu’est-ce que vous avez dit ou fait pour que leur réaction soit si violente ? Quand est-ce que ces messieurs vont cesser de nous prendre pour des abrutis ? Est-ce que moi, « pauvre laïc », je saurai un jour pourquoi on en est arrivé là ? Vu de l’extérieur, je trouve que tout ceci est un véritable gâchis qui est tout simplement inadmissible. C’est pour moi un contre témoignage absolu au moment où, à Rome, des lueurs d’espoir apparaissent.

C’est à l’automne que l’on sème pour avoir une bonne récolte au printemps. C’est ce que je nous souhaite. Je me réjouis d’avoir bientôt de vos nouvelles et vous prie de recevoir, Chers amies, Chers amis, mes très fraternelles salutations.
Claude Revillard
Je regrette beaucoup que la Cotmec ne trouve pas la reconnaissance qu’elle mérite. Oui, le futur de la Cotmec m’intéresse et je vous suis reconnaissante si vous me donnez des nouvelles.
Merci beaucoup pour tout,
Marguerite Bühler
Chers amis de la COTMEC,
Nous partageons votre tristesse et nous vous remercions pour tout le travail accompli.
Nous espérons de tout coeur un rebondissement ! Nous serions reconnaissants de suivre vos informations
Très amicalement
Thérèse et Michel Bavaud
Monsieur, Madame,
En vous envoyant cet e-mail, je vous communique mon adresse électronique pour vous permettre de me tenir au courant de vos activités, publications, etc.
Salutations, Jean-Bernard Houriet

Chers amis,
Nous avons suivi votre engagement depuis de nombreuses années. Nous sommes de cœur avec vous tous, les animateurs dynamiques qui êtes aujourd’hui blessés par ceux que vous croyiez être votre soutien. Une fois encore, le dialogue est impossible: c’est cela le plus difficile à admettre.
Croyez en notre cordiale amitié qui trouvera d’autres chemins pour survivre !
Gilbert et Edith Mani
Bonjour,
C’est avec tristesse que je viens de lire le dernier numéro de la Cotmec
et que nous voulons avec mon mari vous remercier tous de nous avoir
accompagnés toutes ces années sur le chemin de la solidarité et de la foi.
Nous souhaitons à chacun de trouver au fil du temps tout le positif de
cette riche expérience accumulée et de pouvoir garder tous les liens
d’amitié créés dans ce travail intense que vous avez fourni.
Si vous pouviez nous tenir informés de vos futures activités nous en
serions heureux.
A chacun nous souhaitons bonne route et prierons pour que notre
hiérarchie s’humanise!
Amicalement D. C.
A toute l’équipe de la Cotmec un immense merci pour toute l’info distribuée et tout le travail fait depuis des années.
Je pense avoir été abonnée au petit journal depuis sa création par mon ami André Fol et d’autres … Je l’ai toujours lu. Il m’a été très utile pendant toutes ces années où j’étais responsable du département des paroisses genevoises et jusqu’à ce mois de décembre où je quitterai l’équipe pastorale Salève !
Comme vous je suis triste pour vous tous, pour nous, de cette façon de fonctionner de l’ECR. S’il y avait un groupement utile, au moment de la globalisation de notre monde, c’était bien le vôtre. Je vous souhaite une harmonieuse collaboration avec les instances identiques diocésaines même si elles sont plus lointaines. Votre groupement était pour nous Genevois une fierté de vous avoir chez nous et de vous savoir proches de toutes ces problématiques si importantes pour notre monde actuel.
Je serai toujours intéressée à recevoir les infos que vous jugerez importantes et que vous pourrez nous transmettre. Je ne connaissais que très peu les dernières jeunes responsables de votre groupement d’Eglise mais j’adresse un salut cordial à tous et toutes.
Denise Brantschen

Chers amis et chères amies,
L’annonce de l’arrêt de vos activités me navre et je voudrais qu’il en soit tout autre. C’est totalement incompréhensible l’attitude des dirigeants de l’Eglise catholique de Genève.
Bonne route autant que possible pour la suite
Avec mes meilleures salutations S. H-E

Chère COTMEC info bonne route mais différente pour l’avenir…
MERCI pour toutes les richesses partagées.

Janine Clerc
Bonjour,
Lecteur lointain, pas toujours assidu, j’ai toujours apprécié votre engagement.
C’est l’ouvrage « La Suisse dans la constellation des paradis fiscaux » qui avait attiré mon attention sur un domaine peu débattu alors.
Merci pour votre action et encouragement pour la poursuite de celle-ci sous d’autres auspices j’espère.
Jean-Louis Moirandat

Bien chers ami/es de la COTMEC,
Ceci pour vous dire que je vous suis très proche dans cette étape que
vous avez à vivre, et j’aimerais bien recevoir des nouvelles si vous en
diffusez.
Grand merci et union amicale
Gret Lustenberger
Chers responsables de la Cotmec,
cher Claude, ami de longue date,
J’ai eu un serrement de coeur en lisant le dernier n° 353 de Cotmec info. Ainsi la hiérarchie de l’ECR a sacrifié la Cotmec, mais son esprit perdure dans la préparation d’un livre sur la pauvreté, et dans une « plateforme de réflexion sur les thèmes économiques et sociaux », à créer sans tarder.
Etant actif dans l’Eglise protestante vaudoise, je vous assure que nous devons adapter nos institutions à la dure réalité d’une certaine déchristianisation, ou plutôt d’une spiritualité souvent distante de la religion traditionnelle.
Je m’inscris volontiers dans votre liste d’amis fidèles qui vous soutient dans votre transition, et m’inscris dans une souscription pour votre livre en préparation, sur la pauvreté.
En vous souhaitant bon courage dans l’adversité, je vous adresse mes fraternels messages.
André HOFFER

Bonjour,
Je vous écris quelques lignes pour vous dire que j’aimerais beaucoup que la COTMEC puisse continuer sa mission.
Je suis actif dans le comité de rédaction romand de Paroisses vivantes. Si je peux vous être utile, n’hésitez pas à prendre contact avec moi.
Jean-Luc Wermeille
Bonjour,

C’est avec une grande tristesse que j’ai pris connaissance de la suppression définitive du journal que nous avions depuis l’époque d’André Fol.
Je voulais remercier toute l’équipe et souhaiter bonne chance ceux qui perde ainsi leur emploi.

Nous sommes prêt à accueillir des information futures.
Danielle et Bruno

Madame, Monsieur,
Votre dernier numéro me consterne, m’attriste et me fâche. Je n’ai jamais eu beaucoup de sympathie à l’égard de la hiérarchie ecclésiastique de Genève, mais la mesure qui vous frappe et qui frappe tous ceux qui sont avec vous dépasse les bornes.
Je recevrai avec grand intérêt vos nouvelles.
Avec encore toute ma profonde gratitude pour tout ce que vous avez fait, je vous envoie mes meilleurs messages.
Victor Monnier

Chères et Chers Ami(e)s,
Je regrette énormément votre disparition prochaine du paysage des médias où vous avez occupé une place utile et particulière. Quelle déception la décision de l’Église……
Je vous souhaite bonne chance, espérant que vous trouverez un lieu où votre combat continuera.
Cordialement,
A. N.
Chers responsables de la Cotmec,
Merci de tout cœur pour le dernier Cotmec-info qui est remarquable !
Votre injuste exclusion m’a rappelé la mienne quand, en 1969, après 12 ans de ministère en paroisse et à la JOC, je fus exclu du clergé d’une semaine à l’autre pour crime de mariage.
Grand merci également pour tout ce que la Cotmec m’a apporté lors des rencontres de rédaction, du temps de Dominique Froideveaux…
Maintenant, pour vous comme pour moi, l’essentiel est de rester fidèle à Jésus et son Evangile, tout en agissant à l’intérieur de l’Eglise pour que sa hiérarchie devienne plus humaine…
Recevez mes meilleures pensées et amitiés,
Jacques Perroux
Bonjour,
Très triste de ne plus recevoir <<la feuille jaune>> et de constater le comportement de notre Eglise de Genève a envers vous je vous souhaite bon courage et j’espère de tout cœur que, d’une manière ou d’une autre, vous pourrez rebondir car votre action est indispensable.
Je souhaite continuer à recevoir de vos nouvelles et, avec mes prières, je vous souhaite bon vent sous le regard bienveillant non pas de l’institution, mais de DIEU.
Aurore Aubord
Bonjour,
Ce petit mot pour vous informer que depuis mon retour d’Haïti en 2002,
je n’ai jamais manqué la lecture de votre bulletin. Nous sommes vraiment
sur la même ligne. Mon vœu le plus cher: que la Cotmec renaisse de ses
cendres avec une diffusion encore plus large sur le diocèse et la Suisse
romande.
Je tiens donc à être informé.
En toute amitié
P. Georges Conus

Madame, Messieurs,
Merci pour tout le travail accompli pendant toutes ces années. Nous souhaitons rester au courant de vos publications futures.Très cordialement
Elisabeth et Jean-Claude

Bonjour,
J’ai bien reçu malheureusement la dernière feuille jaune, tout de même le numéro 353 !
Enormément de déception de la part de notre Eglise à la suite de sa décision incompréhensible,
notamment par rapport à l’énorme travail d’information et comme vous l’écrivez  » à la lutte pour la justice, la paix et la sauvegarde de la création « . Qu’ en pense notre pape François ?
Et comme vous le proposez, je vous donne mon adresse e-mail pour recevoir des nouvelles de vos activités
et de vos publications.
Un grand merci pour tout ce que vous nous avez donné et malgré tout bonne chance pour la suite !
P. M.

Bonjour,
Merci de me tenir au courant des « suites » de la Cotmec…après la lecture de votre dernier numéro (No 353/nov.2014).
Espérons que naisse vraiment le « Groupe de Fribourg » !
Bien à vous.
M. F.

Chère équipe,
Cela fait 20 ans que je lisais , et passais aux amis, le bulletin; par des amis de l’ACI, je l’ai connu, une fois rentré de travail missionnaire 2 ans dans un hôpital d’église (protestante), et je l’ai lu chaque fois avec intérêt , vif et stimulant sur des sujets variés, tant il me renvoyait une image plus juste du reste du monde
C’était vraiment la dernière chose qui me liait à cette église catholique de mon enfance, ce fil ténu est maintenant rompu ; dans cette église de pouvoir malsain, je n’ai plus rien à faire, n’y trouvant aucune nourriture. C’est vrai que le pape François est une lueur d’espoir, encore faut-il qu’il ne finisse pas comme Jean-Paul 1.
Merci pour votre magnifique travail
S. B.

Bonjour,
En tant qu’abonné du bulletin de la COTMEC, soyez assurés que je regrette vivement la décision qui vous frappe! L’avenir de la Cotmec m’intéresse; je vous prie donc de me tenir informé de l’évolution future.
Très cordialement
Bernard Trottet

Chers Amis de la Cotmec,
Un mot pour vous dire ma profonde tristesse et incompréhension par rapport à la suppression de vos activités.
Depuis de longues années, abonnée à votre journal, chaque fois que je voyais la couleur jaune dans ma boîte à lettre, je me réjouissais de le lire. J’aimais beaucoup votre manière d’analyser, d’appréhender, de vivre au plus près des évènements sur le terrain et de défendre, faire connaître les situations si difficiles pour tant de personne, et donner de l’espoir, un appui, une structure à tout un chacun (unes) ayant le droit d’exister dans le respect.
J’aimais votre humanité lucide solidaire, vraiment, vous allez me manquer, beaucoup.
Je pense à vous tous (tes) vous envoie toute ma reconnaissance et remerciements pour tout ce que vous avez fait, et espère que l’avenir vous donnera la possibilité de continuer votre chemin tellement important.
Merci encore, et reste avec votre empreinte..
Une abonnée de longue date
Danielle Dugerdil
Bonjour!

En France voisine, nous vivons la même chose au niveau du CCFD…….à
Bourg en Bresse.
Que se passe-t-il ?…dans notre église ? alors que le pape François
nous invite à risquer l’Evangile ?

Solidaires avec vous,

Camille et Gaby
Chers amis de la Cotmec,
Désolée d’avoir reçu le dernier numéro du Cotmec-info.
Je joins une citation de D, Bonhoeffer :
L’Eglise doit collaborer aux tâches profanes de la vie sociale, non en dominant, mais en aidant et en servant. Elle doit manifester aux hommes de toutes les professions ce qu’est une vie avec le Christ, ce que signifie vivre pour les autres.
De tout cœur avec vous.
I.P.

Bonjour,
Je me souviens d’avoir suivi vers le milieu des années 1980 les études de texte conduites par André Fol. J’en retirai beaucoup de joie.
Tout ça pour dire que le petit mot que je vous écris est empreint d’une certaine nostalgie.

Je suis peiné d’apprendre avec quelle façon on vous a laissé choir…… Incompréhensible….et peu chrétien… !

Cependant, je dois avouer que je fais partie des déçus du Tiers-Monde qui ne m’est pas inconnu
(….)
Comme me l’a soufflé un ami qui a passé sa vie en s’engageant pour le Tiers-Monde (et qui est maintenant retraité) : le Tiers-Monde n’a plus d’excuse (celle du colonialisme par exemple pour expliquer sa situation).

Et puis je me souviens de ce séminaire sur la mendicité que vous aviez organisé et au cours duquel il était difficile de parler d’une voie différente de celle de la grande majorité.

Bref, je ne suis pas (plus) un ardent défenseur du Tiers-Monde et donc ne peux dire que vous avez tout mon soutien mais entre tout et rien il y a un chemin……ce qui me pousse à vouloir suivre les développements éventuels de la Cotmec Nouvelle !

Mais pour terminer sur une note bien plus positive, sachez que j’ai apprécié bon nombre de vos articles, en particulier ceux de Guy Musy et je me souviens aussi fort bien de l’article de septembre 2011 de Martyna Olivet dont un paragraphe sur l’éducation était très fort. Ses mots raisonnent encore dans mon esprit.

Dans l’espoir que vous trouverez une suite positive à votre action, recevez mes cordiales salutations.
C.S.
Bonjour chères amies et chers amis inconnu(e)s et cependant compagnons
de route,

cela fait bien longtemps que je lis la feuille jaune et ce dernier
numéro éveille quelques réflexions que je tiens à partager avec vous.
D’abord je suis de tout coeur avec vous, car mourir quand on a 45 ans
et qu’on est en bonne santé c’est une terrible épreuve. Jacques Brel
le dit si bien et cependant avec son humour dans « Le moribond »

J’aimais lire cette feuille qui véhiculait le souffle de confiance de
l’humain et qui me reliait à la Volonté de Bien.
Cette fois c’est différent: le désarroi, la colère et cependant une
opportunité de lever quelque peu le voile qui masque les aspects
cristallisés, d’une institution plusieurs fois centenaires et qui
peine à voir le monde moderne dans un bouleversement profond: je parle
de l’Eglise (et toutes les Eglises) que l’on appelle encore dans
certains milieux « notre mère la sainte église… »

La lumière passe dans cette phrase « les Eglises ont cessé
d’évangéliser pour enseigner une religion.. » Eloignées du message
Christique, ces églises ne pouvaient que tomber dans le matérialisme
crasse, dont nous et toute la planète souffrent.

Au début, il y a bien longtemps, je trouvais bizarre la « commission
tiers-monde de l’église catholique » . Je ne pouvais absolument pas
m’identifier à ces termes, mais comme le contenu débordait largement
cette détermination je ne la lisais plus, heureuse plutôt de lire des
articles toujours inspirés de la vie de cœur. MERCI pour la vision
éclairée.

Dans l’Edito de ce no 353 je lis avec joie que nous (vous) et tous
les autres allons continuer à lutter pour la justice, la paix et la
sauvegarde de la création. C’est un projet qui dépasse largement les
laïcs chrétiens responsables, tout en les incluant, mais il y en a
tant d’autres, et pour sûre, personne n’est de trop pour participer à
cette grande Œuvre.

Et je me demande si c’est pour cela que la feuille jaune doit mourir
en pleine santé ? pour renaître de ses cendres et voler encore et
encore, incluant toutes les femmes et les hommes qui pensent et qui
finiront probablement dans une nouvelle Religion mondiale, dans une
belle unité, sans séparer. C’est ce que j’aimais dans la feuille
jaune: les prémices d’une vie nouvelle.

Je souhaite à toute votre équipe ancienne et actuelle, de reconnaître
la semence que vous avez semée, grandissante dans une forme que nous
imaginions peut-être différente, à notre image? correspondant à nos
représentations? La vie en a décidé autrement!

La mort ce n’est pas la mort mais un renouvellement.

Je nous souhaites beaucoup, beaucoup de confiance et le courage
nécessaire pour persévérer jour après jour.

Salutations fraternelles.
M.B.
A l’équipe de la Cotmec,
C’est avec un peu de retard que je vous envoie ce message après avoir lu le dernier « Cotmec-info ». Dernier en date, mais aussi annoncé comme l’ultime bulletin édité par la Commission.
Tout d’abord, je veux vous dire ma profonde déception : J’espérais que la médiation sollicitée puisse aboutir, sans rupture, à la naissance d’une entité capable de porter le même témoignage que celui de la Cotmec. Qu’il est triste ce gâchis, pour reprendre le titre d’une note de ce dernier bulletin.
Avec mes amicales salutations.
B.C.
Lettre de la Communauté chrétienne de Base de Meyrin à Monseigneur Morerod

Monseigneur,
Nous sommes une communauté chrétienne de base regroupant environ 35 personnes catholiques et protestantes.
Solidaires d’une Eglise ouverte sur le monde, nous avons été profondément surpris de votre décision de supprimer le mandat confié à la COTMEC. Depuis 45 ans c’était un lieu où s’exprimait le souci si essentiel pour l’Eglise de la Justice. Un espace de réflexion de discernement et de partage qui, entre autres, a permis de révéler en primeur des compromissions entre les banques suisses et le régime de l’apartheid. Par son engagement inspiré et documenté, la COTMEC a eu pour vocation de révéler des dangers cachés: risques liés à la mondialisation, inéquités des paradis fiscaux, sans oublier la publication de livres tel celui sur les génocides des Grands Lacs et celui à paraître sur la pauvreté.

Cette position est nécessaire et prophétique. A nos yeux, elle devrait être une priorité au sein de l’Eglise. En supprimant ce lieu, notre communauté se coupe volontairement d’un espace et d’un temps dans lesquels les rencontres, la prière et l’écriture ont permis des émergences majeures. L’Action de Carême, axé sur une campagne ponctuelle, n’a pas cette vocation.

Un élan a été brutalement coupé chez des personnes très engagées, souvent bénévoles qui ont été violemment mises devant le fait accompli, sans discussion préalable et sans réelle reconnaissance. Nous pensons que ce n’est pas le rôle de l’Eglise de briser des élans en faveur de la Justice.

La COTMEC était un lieu frontière, elle s’efforçait d’exprimer la présence de l’Evangile au cœur du monde et son souci de Justice. C’est la position que le pape François souhaite pour notre Eglise. Dès lors, que proposez-vous à l’avenir pour ne pas laisser perdre cet élan? Quelles sont les propositions concrètes que vous prendrez en concertation avec celles et ceux qui ont le souci de cette place au sein de l’Eglise?

Dans l’attente d’une réaction de votre part, nous vous adressons, Messieurs, nos respectueuses salutations.

Communauté chrétienne de Base (CCB) Meyrin